Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Piton-De-La-fournaise.Over-Blog.Com

Exclusivement consacré au Piton de la Fournaise (Histoire Grandes Éruptions Photos Volcanologie Et Pédagogie) Soyez informé de chaque éruption

Comme chaque fin d'année, je fais un bilan global avec l'@Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise sur les divers événements du volcan. L'article est réalisé avec Aline Peltier directrice de l'Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise, j'espère que vous allez l' apprécier. Bonne lecture à tous.

Publié le 22 Décembre 2020 par Piton De La Fournaise

- Comment expliquer le déplacement des zones d'éruption de 2014 à 2018 principalement vers le flanc Sud, vers le flanc est depuis 2019 à 2020 

Il n’est pas rare d’observer des alternances dans la localisation des éruptions sur plusieurs années. Entre 2014 et 2018, même si la majorité des éruptions étaient sur le flanc sud, quelques éruptions ont eu lieu sur le flanc nord, et en 2019 et début 2020 les éruptions ont eu lieu majoritairement sur le flanc est (ainsi qu’au nord ouest pour juillet 2019 et  sud ouest pour décembre 2020). Lorsqu’un flanc est intrudé par du magma trop fréquemment comme ce fut le cas entre 2014 et 2018, cela conduit à une « permutation du champ de contraintes » au sein de l’édifice qui empêche de nouvelles intrusions vers ce même flanc et favorise une injection sur l’un des autres flancs. En schématisant très grossièrement c’est comme si les intrusions de magma sur le flanc sud avaient créé une barrière sous ce flanc.

 

- Bilan sur les trois éruptions de l'année 2020 

A l’image de l’année 2019, l’année 2020 fut caractérisée par des éruptions de courte durée et de faible volume :

. éruption du 10-16 février ; 3-5 millions de m3

. éruption du 2-6 avril ; 6-10 millions de m3

. éruption du 7-8 décembre ;  < 1 million de m3

Il ne faut pas oublier également qu’il y a eu 3 intrusions (3 juillet, 28-30 septembre, 4 décembre), ce sont des éruptions avortées en quelque sorte, avec un départ de magma du réservoir magmatique (localisé à environ 2 km sous le sommet) vers la surface mais la pression / le volume impliqué étaient trop faibles à l’intérieur de l’intrusion pour que celle ci puisse arriver en surface.

Donc en résumé une année riche avec 6 éruptions//intrusions, soit plus que les 5 éruptions de 2019.

 

- Comment l'Observatoire à gérer l'éruption du 2 au 6 avril avec le COVID-19 et le confinement 

L’éruption du 2-6 avril a été une expérience unique pour l’observatoire, c’est la première fois depuis la création de l’observatoire, que toute la gestion s’est faite en distanciel (que ce soit entre les équipes de l’OVPF ou avec l’Etat Major de Zone), et qu’aucune mission de terrain n’a été réalisée au plus près de l’éruption alors que les conditions météorologiques étaient favorables.

En effet, dès l'annonce gouvernementale, un plan de continuité d'activité a été mis en œuvre par l'IPGP, qui gère l'Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF), afin de maintenir les opérations de surveillance en télétravail tout en autorisant les interventions sur le terrain en cas de situations critiques, telles que des pannes graves sur des stations temps réel ou des relais de transmission ou en cas de menace pour les biens ou les personnes nécessitant des mesures complémentaires sur le terrain.

Cette éruption a été l'occasion pour l'observatoire de valider sa capacité à gérer une crise volcanique avec des réseaux de surveillance 100% télémétrés, sans aucune mesure de terrain complémentaire au niveau du site éruptif. Les précurseurs à court et long terme de l'éruption ont permis au personnel de l'OVPF de fournir aux différentes parties prenantes (préfecture et État-Major de Zone et de Protection Civile de l’Océan Indien) les informations de suivi de l’activité du volcan en temps réel. La densité et la fiabilité des réseaux de l'OVPF, avec des stations sur le terrain enregistrant et émettant en continu, associées aux observations satellitaires, ont permis une surveillance instrumentale fiable de l'éruption et la continuité des missions de l'observatoire.

Ce succès repose sur des protocoles existants, opérationnels 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, et sur une accessibilité à distance aux données en temps réel.

Plus d’infos sur ces liens :

https://www.ipgp.fr/fr/eruption-confinement-a-lobservatoire-volcanologique-piton-de-fournaise

http://www.ipgp.fr/fr/surveillance-temps-de-crise

 

- Depuis 2019 les éruptions sont de courte durée comment l'expliquer ce changement de rythme d'activité.

Depuis 2019 nous observons plus d’éruptions mais de volume et de durée plus faibles. Cela s’explique par le fait que de faibles surpressions à l’intérieur du réservoir suffisent à rompre son toit et générer un départ de magma vers la surface, ce qui explique également pourquoi les intrusions (« éruptions avortées ») sont un peu plus nombreuses en 2020.

 

- Comment avez vous gérer la crise sismique du 28-30 septembre 2020 car cette crise sismique a été longue et quel aurait le scénario possible si la lave avait atteint la surface ?

Nous avons géré à l’OVPF la crise sismique du 28-30 septembre comme toutes les crises, c’est à dire avec une veille renforcée (une veille H24 devant les écrans pour pointer les séismes et être prêt à donner l’alerte en cas de changement d’activité ou d’arrivée en surface). Ces veilles renforcées se superposent aux astreintes instrumentales « hors crises » basées sur des alarmes téléphoniques. L’intrusion s’est arrêtée dans le secteur du Piton Crac si la lave avait atteint la surface cela aurait été dans ce secteur ou plus en aval.

- Sur les trois éruptions de l'année 2020 laquelle a été la plus importante ?

En terme de volume de lave émis en surface, celle du 2-6 avril avec 6-10 millions de m3 et une activité paroxysmale (intense) en fin d’éruption qui a recouvert l’une de nos stations de surveillance et des retombées de scorie sur un rayon de 400-500m autour du cône éruptif (épaisseur de scorie > à 1 cm), ainsi que l’émission de cheveux de Pélé en quantité assez importante, qui se sont dispersés jusqu’à Saint Denis.

 

- Peut-on s'attendre un jour à voir une éruption  similaire à celle  d'avril 2007 voir plus important ? 

Oui  même si ce sont des éruptions rares, mais ce type d’évènement est observé en moyenne une fois par siècle, plus rarement encore pour les éruptions de plus grosses ampleures.

 

- Y a t-il toujours du magma sous le volcan à l'heure actuelle suite au trois éruptions de cette année 2020 ?

Oui d’ailleurs nous observons toujours (et ce depuis la fin de l’éruption du 7-8 décembre dernier) une inflation (gonflement) du volcan, ce qui montre une pressurisation du réservoir magmatique superficiel (localisé à environ 2km sous le sommet du volcan). 

 

- Après un mois de novembre calme au volcan la crise sismique du 4 Décembre vous a-t-il surpris ? Vous confirmez à l'heure actuelle que le Piton de la Fournaise reste un volcan imprévisible et peut surprendre à tout moment.

Oui en effet cette crise sismique nous a un peu surpris même si l’on sait que depuis 2016 les reprises d’activité peuvent être très rapides avec moins de 24h de précurseurs à long terme. D’ailleurs ce type de surprise n’est pas rare au Piton de la Fournaise, comme par exemple l’éruption de Septembre 2016 qui elle aussi avait été précédée par moins de 24h de précurseurs à long terme. Cela est lié au fait que les réalimentations du réservoir magmatique superficiel se font désormais par impulsions et lorsqu’une impulsion s’arrête, nous entrons dans une phase de « calme » qui peut être stoppée rapidement par une nouvelle impulsion de magma qui peut déclencher rapidement une éruption car le réservoir a déjà été réalimenté par l’impulsion précédente.

- Quels seront les objectifs de l'Observatoire pour 2021 ?

Les objectifs pour 2021 seront de continuer la maintenance des réseaux de surveillance pour assurer nos missions, la continuité de nos travaux de recherche (à la fois sur le Piton de la Fournaise et d’autres volcans similaires, tel que le Karthala aux Comores par exemple) et sans oublier que depuis début 2020 l’OVPF a également en charge la surveillance opérationnelle de l’activité sismo-volcanique de Mayotte avec l’appui du BRGM de Mayotte.

- La Fournaise va-t-elle nous réserver de belle éruption pour 2021 ?

A suivre ;-)

- Comment vous faites pour surveiller le Piton de la Fournaise h24 7j7 

L’OVPF dispose d’un vaste réseau de surveillance composé de 103 capteurs (sismomètres, GPS, inclinomètres, extensomètres, stations de mesure de gaz dans le sol et l’atmosphère, stations météorologiques, caméras) sur 70 sites différents. Ces capteurs sont répartis sur l’ensemble de l’île de la Réunion et transmettent leurs mesures en temps réel permettant d’assurer un suivi 24 heures sur 24, et 365 jours par an de l’activité du Piton de la Fournaise. Et pour mener à bien cette mission de surveillance, l’OVPF a mis en place une veille opérationnelle avec des astreintes H24 par un personnel d’astreinte hebdomadaire (roulement tous les 7 jours), qui peut-être alerté soit par un système automatique de détection de changement d’activité du volcan, soit par des contrôles effectués périodiquement. Pendant les éruptions, des astreintes renforcées sont mises en place (roulement toutes les 6 à 12 heures).
 

Crédit Photo Éruption du 10 au 16 février 2020

Crédit Photo Éruption du 10 au 16 février 2020

Crédit Photo © Imaz Press Réunion Éruption Du 2 au 6 avril 2020

Crédit Photo © Imaz Press Réunion Éruption Du 2 au 6 avril 2020

Éruption Du 7 Au 8 Décembre 2020

Éruption Du 7 Au 8 Décembre 2020

Remerciements à Aline directrice de l'Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise pour cette article un merci également à Imaz Press Réunion pour les photos 

Commenter cet article